Pour Florence et Hussein

Vive leur libération !

Indiana Jones et le temple maudit

Indiana Jones et le temple mauditAprès la réussite des «Aventuriers de l’Arche perdue», on pouvait être sceptique sur une suite. « Indiana Jones et le temple maudit’ s’est avéré encore plus époustouflant. Ce second film est un prodige de manipulation émotionnelle et sensorielle du spectateur. On s’installe dans son fauteuil et on a intérêt à attacher sa ceinture parce que, pendant presque deux heures, ça ne va pas s’arrêter. Spielberg nous a concocté un tour de Grand Huit à donner des palpitations, le vertige, le fou rire et le grand frisson ! Le film s’ouvre comme une comédie musicale à la Busby Berkeley. Ça chante, ça danse et ça sourit, puis le rêve hollywoodien tourne à la course-poursuite cauchemardesque et à la bagarre générale. Qui a vu «Indiana Jones et le temple maudit» ne peut oublier des scènes comme celle de la cellule infestée d’insectes et au plafond qui descend… ou encore celle de la fuite en wagonnets dans une mine prête à exploser. L’aventure est au rendez-vous. Mais elle partage la vedette avec l’humour. Dès que les héros se sortent d’une situation particulièrement périlleuse (car on sait qu’ils s’en sortiront!(, il y a toujours la jolie gourde de service pour les replonger dans un péril encore plus éprouvant et plus délirant. Quant aux méchants, ils sont tellement sinistres et terrifiants qu’ils en deviennent drôles. Ne manquez à aucun prix ce spectacle de pur divertissement qui fait planer à trois cents à l’heure !

Bonjour les vacances n. 2

Bonjour les vacancesLa famille Griswald repart en vacances. Elle avait déjà provoqué pas mal de catastrophes en traversant l’Amérique en voiture, pour se rendre dans un parc d’attractions qu’elle trouvait fermé en arrivant. Le premier film, intitulé « Bonjour les vacances », et distribué en salles (alors que celui-ci est un inédit vidéo), se voulait une satire assez sauvage des mœurs et coutumes de l’Américain moyen en vacances. Cette fois-ci, les Griswald gagnent un voyage à travers l’Europe, lors d’un jeu télévisé particulièrement débile. Si cette famille américaine ne s’est pas dégrossie depuis le premier film, les « indigènes» des pays qu’ils vont traverser sont assez redoutables. Lorsque vous vous aventurez à Paris, pas besoin de terroristes pour vous mettre en déroute ; le simple citoyen (voleur et mal élevé!(suffit. L’Allemagne, l’Angleterre et l’Italie aussi en prennent pour leur grade dans cette comédie loufoque dont le titre original est «National Lampoon’s european vacation». Le National Lampoon, magazine satirique US, est devenu une institution. Dans le style ravageur, on ne fait pas mieux. Et tant pis si la subtilité n’est pas au rendez-vous…

Comments

Leave your comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *